Les quartiers de Rome

Plan des quartiers de Rome

Cliquez sur les différents quartiers sur la carte pour avoir des informations supplémentaires.

PINCIANO - PARIOLI - FLAMINIO

Parmi les musées précieux, les palais raffinés et les villas monumentales, la zone la plus élégante de Rome est peut-être le premier quartier de la capitale : le Flaminio.

Deux des points d'intérêts de la Rome contemporaine les plus intéressants enrichissent ce quartier : l’Auditorium de Renzo Piano et le MAXXI, une galerie d'art contemporain conçue par la talentueuse architecte Zaha Hadid. Grâce à la présence du stade olympique, du stade Flaminio et du foro Italico, le quartier Flaminio est très apprécié des sportifs, tandis que le Pont Milvius, avec ses cadenas, lui confère un peu de romantisme.

Non loin, le quartier Parioli accueille les hommes d'affaires et des immeubles résidentiels, ainsi que tous les Romains venant apprécier un moment dans un bar ou un restaurant branché.

Cependant, le véritable bijou de ce quartier de Rome est la Villa Borghese, qui séduit un très large public grâce à la variété des attractions qu'elle propose.

TRIDENTE

Le nom du quartier vient d’une arme blanche, un fourche à trois dents (tridente), car de la piazza del Popolo partent justement trois rues : Via di Ripetta, Via del Babuino et Via Condotti.  Des grands personnages comme les poètes Keats et Shelley, l’écrivain allemand Johann Wolfgang Goethe et le cinéaste Federico Fellini ont habité dans ce quartier.

Les plus beaux noms de la mode mondial ont élu domicile dans ces rues et si les prix ne vous font pas peur vous pouvez trouver ici tout ce qui vous plaît.

Le rôle de vedette revient bien sûr à la place d’Espagne, où tous les jours des foules de touristes et de romains se retrouvent pour s’asseoir sur le célèbre escalier de la Trinité des Monts et contempler du haut la belle fontaine de la « Barcaccia » et les rues environnantes. Au début de chaque printemps l’escalier se couvre des couleurs vives de quelques milliers d’azalées qui forment un décor de conte de fées.

NAVONA - CAMPO DE FIORI - PANTHEON - VIA GIULIA

Ce quartier est considéré le centre historique par excellence où flâner sans but précis est toujours agréable. Au hasard de vos pas vous pouvez découvrir ainsi de grandes places monumentales très animées, des coins romantiques et insolites, des palais et des musées célèbres, ou de petites églises qui cachent de chefs d’œuvres d’artistes tels que Caravage, Michel-Ange ou Raphaël.

Cette partie de Rome est assurément la plus connue et la plus fréquentée par les touristes, attirés par la splendeur de piazza Navona avec ses magnifiques fontaines et ses artistes et portraitistes de rue ou par le Panthéon, qui demeure avec le Colysée un des monuments emblème de la ville éternelle, ou encore par Campo de’ Fiori, une place animée et pleine de couleurs, lieu de rencontre préféré des jeunes gens qui tous les soirs se retrouvent ici pour un prendre un pot ou simplement pour bavarder.

Ici, toutefois se concentrent également les lieux institutionnels les plus importants d’Italie, comme le Sénat et la Chambre des Députés, mais également l’Ambassade de France, qui a son siège dans le fastueux Palais Farnèse, ou l’Ambassade du Brésil.

Nombreux sont les cafés à la mode, les bars et les restaurants avec terrasse, mais également les fours qui vendent une part de pizza à consommer en marchant (pizzerie al taglio).

COLOSSEO - PALATINO - FORI- CAMPIDOGLIO

Ici vous pouvez suivre les traces de Rome antique : des monuments vieux de deux mille ans et des ruines fascinantes couvrent toute l’aire qui s’étend du Colysée au Capitole.

Le « grand protagoniste » de cette vaste zone est bien sûr le Colysée, le symbole de Rome par excellence, qui accueille chaque année des milliers de visiteurs. Afin d’éviter de longues files d’attente, il est conseillé d’acheter la carte Roma Pass, qui vous donne droit à l’entrée gratuite dans deux musées ou monuments de votre choix et vous assure l’accès coupe-file.

Tout autour du célèbre amphithéâtre beaucoup d’autres sites vous attendent : le Palatin, où selon la légende l’histoire de Rome a commencé, avec l’assassinat de Remus par son frère Romulus, le Forum Romain, le centre commercial, civique et administratif de la ville pendant l’antiquité et le Forums Impériaux, que les différents empereurs firent construire lorsque le vieux forum devint trop petit.

En haut du Forum s’élève une des sept collines de Rome, le Capitole, qui a toujours eu une énorme importance politique et religieuse et qui demeure le cœur de la ville moderne, car il est le siège de la Mairie de Rome.

GHETTO

En 1555, avec sa bulle Cum nimis absurdum, le pape Paul IV crée celui qui est devenu un des plus anciens et merveilleux « ghetto » au monde. Dans ses ruelles qui s’entrelacent autour de l’église de Santa Maria del Pianto et des vestiges du Portico d'Ottavia, jusqu’à la rive du Tibre à hauteur de l’île Tiberina, les juifs de Rome ont été confinés pendant des siècles et ont construit une partie très importante de la tradition romaine. Ce quartier enchante les visiteurs par la beauté solennelle et majestueuse de la Sinagoga, les trésors du  Museo ebraico et les odeurs invitantes de ses restaurants historiques dans les quels on peut déguster les plats les plus typiques de l’ancienne tradition oenogastronomique romaine.

Á quelques minutes à pieds du ghetto on arrive au Circo Massimo. Afin de mieux admirer cet endroit unique, positionnez-vous sur le côté court de cette vaste étendue verte, de façon à avoir le Palatin à votre gauche et l’Aventin à votre droite. Dans ce lieu, par excellence consacré aux jeux de l’urbe, vous pouvez bien imaginer la grandeur des spectacles qui se tenaient ici et qui ont servi de sujet pour de nombreux films inoubliables tel que Ben Hur.

En descendant vers le Tibre vous pouvez encore visiter la Basilica di Santa Maria in Cosmedin, avec la célèbre Bocca della Verità, le Tempio di Ercole Vincitore et le Tempio della Fortuna Virile, datant du IIe siècle av. J. – C.

AVENTINO - TERME DI CARACALLA - CIRCO MASSIMO

L’Aventin, un quartier résidentiel très élégant et exclusif, est connu pour ses magnifiques églises du moyen âge et pour la Roseraie (Roseto Comunale), mais surtout pour le Jardin des Orangers (Giardino degli Aranci) et pour le trou de serrure le plus célèbre au monde.

Le jardin des orangers est un délicieux petit coin de verdure clos par des hauts murs où l’air est parfumé et la vue sur Rome splendide ; à quelques pas de là vous pourrez découvrir un point de vue insolite et magique sur la basilique de Saint-Pierre.

Juste au sud de la colline s’étend le vaste site des thermes de Caracalla dont les vestiges imposants se transforment chaque été en toile de fond pour les spectacles d’opéra.

Si vous aimez le sport en plein air un peu de jogging dans le vert du viale delle Terme di Caracalla est l’idéal, tandis que si vous êtes romantiques et « sérieusement motivés » on vous rappelle que la charmante petite église désacralisée de Santa Maria in Tempulo sert pour célébrer les mariages de rite civil.

Et si vous êtes noctambules ? Pas de problème ! L’Aranciera, un nouveau local très intéressant vient d’ouvrir tout près de la célèbre villa d’Alberto Sordi, il accueille des événements institutionnels, mais également des soirées de jazz avec les meilleurs groupes de la capitale.

TRASTEVERE - TESTACCIO

Trastevere: lieu natal du poète Belli et source d’inspiration d’un autre poète romain célèbre, Trilussa, est le cœur de Rome. C’est bien ici qu’est né et s’est développé le peuple romain. Dans ses rues pavées de « sanpietrini », dans ses places, sous le « fontanone » les habitants de ce quartier, les « trasteverini », menait leur vies humbles, loin des fastes de l’aristocratie, mais avec fierté et spontanéité, orgueilleux du charme de leurs femmes, considérées les plus belles de la ville. De nos jours ce quartier est encore un des plus beaux et caractéristiques de la ville, cœur pulsant de la vie nocturne et lieu d’excellence pour la dégustation des spécialités oenogastronomiques locales, un véritable théâtre en plein air avec ses places merveilleuses (piazza Trilussa, piazza Santa Maria in Trastevere, piazza S. Cosimato…), ses églises, ses ruelles riches en histoire qui en font l’emblème antique et pourtant moderne de la « romanité ».

Le soir il est très agréable de se balader dans Testaccio, un quartier populaire situé entre via Marmorata, le Mur Aurèlien et le Tibre, où bat le cœur jaune et rouge de la capitale, car ses habitants professent une foi inconditionnelle en l’équipe de foot de la Roma. L’atmosphère ici est très originale : cette zone compte beaucoup de bars et de lieux de loisir, l’un plus original que l’autre, et c’est autour du Monte Testaccio que se concentre une bonne partie de la movida capitoline.

Le monte dei Cocci, ou Monte Testaccio, est une véritable « décharge » d’époque romaine. Dans l’antiquité c’est en effet ici que l’on jetait les « pots cassés » (cocci) et les amphores utilisés pour l’huile ou les autres produits qui arrivaient à Rome le long du fleuve et qu’on déchargeait dans le port qui se trouvait  tout près. Au fil du temps les cocci se sont accumulé jusqu’à former une petite colline sur la quelle on peut se promener pour découvrir d’intéressants restes archéologiques datant du IIIe siècle apr. J. – C. Plus tard dans la base de la colline on a creusé des grottes utilisé autrefois comme caves à vin ou étables et désormais transformés en restaurants et disco-pub très fréquentés.

PRATI - VATICANO

Au cœur de la capitale de l’Italie il y a un autre état, le Vatican, l’état souverain le plus petit au monde, dont le centre est la Basilique de Saint-Pierre. Ici, chaque dimanche le Saint Père récite l’Angelus. Pour tous ceux qui viennent à Rome une visite à la basilique s’impose, cependant il ne faut pas oublier  que pour accéder à l’église une tenue adéquate est exigée : pantalons et jupes courts ne sont pas admis, tout comme les épaules découvertes.

Toujours dans l’état du Vatican se trouvent les majestueux Musei Vaticani, un des plus importants et des plus grands musées au monde. Pour le visiter il faut beaucoup de temps et d’énergie. Afin d’éviter les longues files d’attente il est conseillé de faire une réservation en ligne.

Le dédale de ruelles qui entourent le Vatican d’une part et d’autre de la grande Via della Conciliazione, forme le quartier dit « Borgo » où on trouve de nombreux petits restaurants et des magasins de souvenirs.

C’est dans un tout autre « état d’esprit » qu’on s’approche du quartier Prati où de belles avenues pleines de commerces font la joie des passionnés du shopping.

GIANICOLO - MONTEVERDE

La colline du Gianicolo, sans aucun doute un des lieux les plus romantiques de Rome, surplombe Trastevere et s’étend jusqu’à la Basilique de Saint-Pierre. De ses hauteurs la vue est à couper le souffle : le regard se perd sur les vieux toits, les ruines de l’antiquité, les monuments et les coupoles baroques, pour arriver jusqu’aux collines verdoyantes qui entourent la ville.

Á tous les passionnés de l’art on conseille une visite au Tempietto del Bramante, peut-être le meilleur exemple d’architecture renaissance à Rome, tandis que ceux qui aiment la nature ne peuvent pas manquer de visiter le Jardin Botanique (Orto Botanico) avec ses plus de 8.000 espèces de plantes.

Tous les jours, en haut du Gianicolo un canon tire une salve à midi pile. Quand la ville est un peu plus silencieuse, notamment l’été, la détonation s’entend jusque sur l’Esquilino.

De l’autre côté des murs gianicolensi  il y a Monteverde, un quartier résidentiel riche en villas d’époque et demeures élégantes où il est agréable de se promener. Dans la partie nord du quartier il y a Villa Sciarra et Villa Doria Pamphilj, le parc public le plus grand de Rome. Au centre du parc se trouve le splendide Casino del Respiro, entouré d’une orangerie et de magnifiques jardins formels à l’italienne.

TERMINI - PIAZZA DELLA REPUBBLICA - VIA VENETO

La gare de chemins de fer de Roma Termini est la principale escale ferroviaire de Rome et d’Italie. D’ici on peut facilement atteindre toutes les zones de la ville grâce à la ligne A du métro et aux différentes lignes de bus beaucoup des quelles ont leur terminus sur la place devant la gare.

Tout près de Termini il y a Piazza della Repubblica, que les romains appellent « Piazza Esedra », car c’est ainsi qu’elle se nommait jusqu’aux années ’50. Au centre de la place trône une belle fontaine et juste en face s’ouvre un des axes les plus importants de la ville,  Via Nazionale, une avenue spacieuse bordée de commerces, cafés et librairies.

Si au lieu de prendre via Nazionale vous continuez en ligne droite vous pouvez rejoindre une des rues les plus célèbres au monde, Via Veneto.

Via Veneto, un élégant boulevard ombragé qui relie Piazza Barberini au parc de Villa Borghèse, a été pendant les années Cinquante le théâtre animée de la vie étincelante des vedettes du cinéma, des mannequins et des intellectuels les plus connus, toujours suivis d’une foule de paparazzi ! Ce temps est révolu et ce lieu a perdu beaucoup de son charme, cependant Via Veneto demeure un endroit extraordinaire où se concentrent les hôtels les plus luxueux et beaucoup de cafés élégants avec terrasse.

EUR

Ce quartier, comme son nom l’indique, fut construit en 1942, à l’occasion de l’Exposition Universelle qui aurait dû se tenir dans la capitale pour célébrer le vingtième anniversaire de la marche sur Rome des fascistes (1922). L’Eur est célèbre pour son style architectural s’inspirant de l’idéologie fasciste.

L'élément symbolique de ce modèle architectonique est le bâtiment que les Romains ont surnommé « Colisée carré », il s’agit du Palais de la Civilisation italienne (ou Palais de la Civilisation du travail) une œuvre s’inspirant de l’art métaphysique.

Parmi les nombreux autres exemples de l’architecture fasciste des alentours, on peut citer le Palazzo dei Ricevimenti e dei Congressi, l’église des Santi Pietro e Paolo, la stèle intitulée à  Guglielmo Marconi, le Museo della Civiltà Romana, le Museo Nazionale Preistorico Etnografico Luigi Pigorini et beaucoup d’autres.

Aujourd’hui, l’Eur n’est pas seulement le quartier des affaires, avec des bureaux publics et privés, mais aussi une zone résidentielle bien reliée au centre et très animée.

OSTIENSE - GARBATELLA - S.PAOLO

Archéologie industrielle et traditions populaires  se fondent harmonieusement dans le quartier Ostiense, entièrement consacré aux activités industrielles jusqu’au début du siècle dernier. Ici se  trouve la Centrale Montemartini, inauguré en 1912 et aujourd’hui transformée en galerie d’art dans la quelle sont exposées les sculptures venant des Musei Capitolini.

En peu plus loin, toujours le long de la via Ostiense, on arrive à la Basilique de Saint-Paul-Hors-les-Murs.

La silhouette imposante et singulière du Gazomètre domine ce quartier très cher au réalisateur Ferzan Ozpetek, qui l’a souvent choisi comme décor pour ses films.

La station de métro suivante nous emmène à Garbatella, le plus récent des quartiers historiques de Rome, construit aux alentours des années Vingt et devenu célèbre grâce au film de Nanni Moretti « Journal Intime », dans le quel le protagoniste vagabondait sur sa Vespa dans les rues de ce quartier.

C’est un lieu idéal pour se balader et découvrir ainsi les petits jardins qui entourent les maisonnettes et les immeubles très particuliers ou encore les bâtiments publics historiquement importants comme le Palladium, autrefois salle de cinéma et de nos jours théâtre.

ESQUILINO - MONTI

L’Esquilino, le quartier le plus multi-ethnique de Rome, se trouve entre la Stazione Termini et Piazza Vittorio.

Cette zone conserve l’architecture élégante et un peu austère de la fin du XIXe siècle, lorsqu’il fut construit pendant le règne du roi Umberto, même si de nos jours les commerces exotiques et le marché de l’Esquilino lui donnent des allures de Chinatown romaine.

Si vous aimez l’art, vous n’avez que l’embarras du choix entre la Basilica di Santa Maria Maggiore, l’église de San Pietro in Vincoli, le Museo Nazionale Romano et, sur le Colle Oppio, la Domus Aurea.

En descendant par via Cavour on arrive au charmant quartier dit Monti. Autrefois c’était une zone très humble et dégradée, mais  aujourd’hui c’est un lieu tout à découvrir avec ses ruelles moyenâgeuses pleines de trattorias cachées, petits commerces très originaux et bars à la mode. On y respire un mélange d’air cosmopolite et d’atmosphère paysanne et on y trouve de nombreuses boutiques et des locaux typiques.

PIGNETO - SAN LORENZO

C’est une zone de la ville qui dessine un triangle allant de Piazzale Labicano, aux vie Prenestina, Casilina et Dell’acqua Bullicante

Le nom du bourg, Pigneto, vient d’une longue file de pins, autrefois plantés par la famille Caballini le long du mur de la villa Serventi, une demeure du XVIIIe siècle.

Ce quartier était très cher à Pasolini qui tourna ici son film « Accattone », plus récemment le quartier a commencé à changer de peau en passant de zone populaire et prolétaire de la périphérie proche à quartier culturellement vif et moderne.

La zone piétonnière au début de via del Pigneto est depuis quelques années très animée et fréquentée le soir.

Tous les quatrièmes dimanches du mois se tient dans la zone piétonnière  de via del Pigneto un marché un peu spécial, car ce sont les citoyens qui se retrouvent ici pour mettre en vente leurs vieux objets longtemps oubliés au grenier et remis à neuf pour l’occasion.

Un peu à l’écart des lieux touristiques les plus fréquentés, il y a San Lorenzo, un quartier très animé où on respire un air un peu bohémien. Les enseignes des nombreux cafés, bars et boutiques d’artisanat montrent toute la vitalité de cette zone de la ville, habitée autrefois surtout par des ouvriers (comme témoignent les immeubles avec coursives typiques  des logements très humbles) et où, comme dans un petit village, les gens aiment vivre dans les rues et les places, le jour comme la nuit. Aujourd’hui ce sont surtout les étudiants qui habitent ici, dans cette sorte de Village newyorkais où chacun prend le temps de vivre à son rythme.

APPIA - SAN GIOVANNI

San Giovanni est un quartier densément habité, caractérisé par le Palazzo Laterano et par la célèbre Basilique de Saint-Jean-de-Latran.

La place devant l’église est aussi très connue parce-que c’est ici que tous les ans le 1er mai se tient un grand concert de musique pop et rock auquel participent de nombreux groupes italiens et étrangers.

Á côté de la basilique se trouve la Scala Santa, qui selon la tradition serait composé par les 28 marches que le Christ gravit pour entrer dans le palais de Ponce Pilate. En haut de l’escalier il y a la chapelle dite Sancta Sanctorum qui abrite d’importantes reliques chrétiennes.

Il ne faut pas oublier que le quartier de San Giovanni est également connu en tant que lieu idéal pour le shopping : tout au long de la via Appia se trouvent en effet beaucoup de magasins aux prix abordables, tandis qu’à via Sannio tous les matins (à l’exception du dimanche) se tient un marché très fréquenté et colorié dans le quel on peut trouver des fringues neuves et vintage et de chaussures à des prix vraiment intéressants.

SALARIO - TRIESTE

Le quartier Salario, construit au début du siècle dernier, est aujourd’hui une belle zone résidentielle où il est très agréable de se promener.

Le grand cœur vert du quartier est Villa Ada, un parc très fréquenté par les passionnés du jogging, embellit par des étangs et de petits lacs. La villa même était autrefois la résidence particulière du roi Vittorio Emanuele II et aujourd’hui est le siège de l’Ambassade d’Egypte. L’été le parc accueille des concerts en plein air organisé dans le cadre du festival « Roma incontra il Mondo ».

Un peu plus au nord se trouve le quartier Trieste, ici, à l’angle de via Tagliamento et de via Dora se trouve un arc assez singulier qui relie deux bâtiments : passez sous l’arc pour accéder au quartier Coppedé. Laissez-vous surprendre par l’enivrante richesse du style architectonique qui caractérise ces 17 petites villas et ces 26 bâtiments : tourelles toscanes, sculptures liberty, arcs mauresques, gargouilles gothiques, fresques et petites palmeraies, le tout dessiné par l’architecte florentin Gino Coppedé entre 1913 et 1926. Le cœur du quartier est assurément piazza Mincio avec sa splendide Fontaine des grenouilles.

OSTIA

When the heat becomes unbearable, there are hoards of  people seizing the opportunity to make straight for the sea and the sea for Rome is synonymous with Ostia.

The Lido di Ostia is in fact the seaside resort closest to the capital and, packed with beach establishments, hotels, restaurants and sailing clubs, it is the Romansâ favourite.

Built in the early twentieth century,  Ostia was twinned with Rome in the Thirties, turning into a well-connected suburb of the capital where architects and engineers designed a series of modern buildings, piazzas and beach establishments.

In recent years a new Port has blossomed in Ostia with boats of every shape and size, a haven for sea travellers from all over the world to call in at Rome and enjoy all its wonders without having forsake the benefits and attractions of the sea.